Un terroir d’exception

Le domaine du Comte de Thun s’étend sur le plateau cordais, dans la partie septentrionale du Gaillacois, une région viticole du Sud-Ouest de la France longtemps restée dans l’oubli. Ce terroir est caractérisé par des sols pauvres très propices à la culture de la vigne, et il se fond magnifiquement dans les paysages doucement vallonnés suivant les méandres du Tarn. Offrant ainsi des conditions idéales pour la production de grands vins, le plateau cordais est considéré comme étant le meilleur terroir de la région.

Un terroir d’exception

Le domaine du Comte de Thun s’étend sur le plateau cordais, dans la partie septentrionale du Gaillacois, une région viticole du Sud-Ouest de la France longtemps restée dans l’oubli. Ce terroir est caractérisé par des sols pauvres très propices à la culture de la vigne, et il se fond magnifiquement dans les paysages doucement vallonnés suivant les méandres du Tarn. Offrant ainsi des conditions idéales pour la production de grands vins, le plateau cordais est considéré comme étant le meilleur terroir de la région.

Un terroir d’exception

Le domaine du Comte de Thun s’étend sur le plateau cordais, dans la partie septentrionale du Gaillacois, une région viticole du Sud-Ouest de la France longtemps restée dans l’oubli. Ce terroir est caractérisé par des sols pauvres très propices à la culture de la vigne, et il se fond magnifiquement dans les paysages doucement vallonnés suivant les méandres du Tarn. Offrant ainsi des conditions idéales pour la production de grands vins, le plateau cordais est considéré comme étant le meilleur terroir de la région.

Un terroir d’exception

Le domaine du Comte de Thun s’étend sur le plateau cordais, dans la partie septentrionale du Gaillacois, une région viticole du Sud-Ouest de la France longtemps restée dans l’oubli. Ce terroir est caractérisé par des sols pauvres très propices à la culture de la vigne, et il se fond magnifiquement dans les paysages doucement vallonnés suivant les méandres du Tarn. Offrant ainsi des conditions idéales pour la production de grands vins, le plateau cordais est considéré comme étant le meilleur terroir de la région.

Terroir_Region_Wein_01

Les vignes : réinterpréter un patrimoine viticole très ancien

Les 27 hectares de vignes du comte sont des terres chargées d’histoire. Là où son prédécesseur produisait des cuvées assez rustiques issues de Syrah, Merlot et Cabernet Sauvignon ainsi que des cépages locaux Duras et Braucol, Ferdinand von Thun et ses œnologues cultivent aujourd’hui principalement de la Syrah, du Merlot et du Cabernet Franc.

Rares sont ceux qui savent que ces cépages appartiennent depuis des siècles au patrimoine ampélographique du Gaillacois où le climat, l’orientation et le sol du plateau leur offrent des conditions d’épanouissement idéales. Ils ont ainsi le potentiel de donner naissance à des vins originaux, de grande garde et aptes à enthousiasmer le marché international.

Renaissance d’un terroir unique

Gaillac est une région vitivinicole du Sud-Ouest de la France qui a connu au cours de l’Histoire de nombreux revers de fortune. Avant que Ferdinand von Thun et son ami Riccardo ne viennent réveiller, tels deux princes charmants, son potentiel avec leur projet visionnaire « Comte de Thun », le Gaillacois somnolait sans ambition ni destinée. Pourtant, entre le XIIIe et le XVIIe siècle, les vins de la région, des crus puissants et intensément colorés, étaient prisés dans toute l’Europe, notamment du fait qu’ils se bonifiaient avec le temps et s’accommodaient parfaitement du transport en bateau.

L’excellente réputation des vins de Gaillac s’étendait alors jusqu’à la cour d’Angleterre – et la fine fleur de la société bordelaise elle-même se fournissait en vin chez le grand rival. Aujourd’hui, c’est l’harmonieuse synergie entre un sol, un microclimat, une histoire envoûtante et des gens passionnés qui destine la région à redevenir le berceau de très grands vins.

Terroir_Region_Slide_02
Terroir_Region_Slide_02

Renaissance d’un terroir unique

Gaillac est une région vitivinicole du Sud-Ouest de la France qui a connu au cours de l’Histoire de nombreux revers de fortune. Avant que Ferdinand von Thun et son ami Riccardo ne viennent réveiller, tels deux princes charmants, son potentiel avec leur projet visionnaire « Comte de Thun », le Gaillacois somnolait sans ambition ni destinée. Pourtant, entre le XIIIe et le XVIIe siècle, les vins de la région, des crus puissants et intensément colorés, étaient prisés dans toute l’Europe, notamment du fait qu’ils se bonifiaient avec le temps et s’accommodaient parfaitement du transport en bateau.

L’excellente réputation des vins de Gaillac s’étendait alors jusqu’à la cour d’Angleterre – et la fine fleur de la société bordelaise elle-même se fournissait en vin chez le grand rival. Aujourd’hui, c’est l’harmonieuse synergie entre un sol, un microclimat, une histoire envoûtante et des gens passionnés qui destine la région à redevenir le berceau de très grands vins.

Terroir_Region_Slider_01

L'histoire de Gaillac 1/2

De la fin du Moyen Âge à l’époque du Roi Soleil Louis XIV – c’est-à-dire du 13e au 17e siècle – les vins rouges forts, sombres et durables de la région étaient particulièrement appréciés en Europe du Nord et souvent préférés aux vins bordelais, plus fins. Dans des fûts en bois marqués au coq, les “Crus Tarnais” sont exportés à la cour royale anglaise d’Henri III. (1216-1272) et Henry VIII. (1491-1574) et étaient connus dans le monde entier sous le nom de “Vins du Coq”. Cette première marque de l’histoire du vin – utilisée pour la première fois en 1387 et reconnue officiellement en 1501 – représentait les grands vins qui, en raison de leur durée de conservation, devenaient de mieux en mieux pendant le transport. Son succès a inévitablement suscité des rivalités et, en fin de compte, des contrefaçons.